La nouvelle série « L’homme, miroir de la nature » s’inscrit dans la continuité du travail précédent tout en révélant une recherche de nouveaux moyens d’expression, de nouveaux signes.

Continuité dans le choix des matériaux, puisque apparaissent toujours des objets usuels détournés de leur vocation première pour devenir des symboles, des concepts purs : fourches, pots en zinc, cloches de verre, têtes de balais, copeaux de bois… Toutes ces formes et ces matières, dont Nathalie Decoster aime tant jouer, viennent exprimer à la fois une réalité et une abstraction.

Continuité dans l’ambivalence fondamentale entre la sérénité et l’appréhension face au destin humain. La plupart des sculptures de Nathalie Decoster reflètent la dualité de la vie et nous proposent plusieurs lectures, entre gaieté et tristesse, entre crainte et espoir. Ainsi l’œuvre « Temps de moisson » évoquera pour certains la « grande faucheuse », tenant sur ses pointes les minuscules humains. Mais elle rappelle aussi le mûrissement des choses, l’épanouissement de l’homme en harmonie avec la nature, par le biais du travail de la terre et de l’acceptation des cycles naturels. De la même manière, le très émouvant  « Nid d’êtres » montre un couple d’humains dérisoirement unis sur leur petit monde de branchages, à la fois forts et fragiles, ensembles et seuls au monde.

Continuité dans la recherche de la simplicité et la tentation de l’épure. Idées, émotions, questions qui doivent être immédiatement lisibles, dans un trait, une tige, une trouvaille visuelle. À nous de comprendre ces signes simplifiés à l’extrême. Matisse disait : « L’importance d’un artiste se mesure à la quantité de nouveaux signes qu’il aura introduits dans le langage plastique… »

Le travail de Nathalie Decoster est effectivement ponctué de signes qui n’appartiennent qu’à elle. En témoigne ce signe, presque ce « mot » d’un vocabulaire poétique. Son petit homme s’obstine à marcher dans le fil du temps, à construire son destin, alors même qu’il est confronté au cycle de la vie et de la mort, aux forces de la nature ou encore aux autres hommes.

© 2020 NATHALIE DECOSTER

Mentions Légales