Nathalie Decoster

Longue crinière blonde déployée, très rieuse, elle virevolte dans son atelier d'Argenteuil au décor industriel, où ses sculptures à différentes échelles, monumentales ou figurines, marchent, se nichent ou s'élèvent.

 

C'est son lieu de travail essentiel où elle se « sent protégée, comme à l’abri du mouvement et de la tourmente de nos vies d’hommes modernes, c’est un lieu propice pour travailler sur la condition humaine et prendre du recul.» C'est ici, elle qui a déjà fait voyager sa pièce fétiche Le temps qui passe. L'Homme avance vers la sagesse, du Brésil à Hong Kong, de Vancouver à Venise, qu'elle prépare une installation urbaine à Paris, « Au fil du temps », pour 2021.

 

Nathalie Decoster est une artiste française, née en 1965, une Parisienne. Qui a été une enfant effrontée, spontanée, qui très jeune a eu besoin de sculpter. Cette apprentie juvénile a dû se forger son propre itinéraire. Des cours de sculpture de Neuilly à Paris où elle se frotte très vite au travail du bronze, parrallèlement, une expérience professionnelle dans une agence de publicité qui à joué un rôle majeur dans la réflexion de son travail, la rencontre fondamentale avec Sénèque et son œuvre Apprendre à vivre, ont nourri son parcours initiatique très volontariste et buissonnier.

Elle a dû apprendre à dompter le temps qui la débordait, elle a cherché, aspiré à la sérénité de toutes ses forces, la transformant en « sagesse amusée ». Ce qui a délivré son imagination, pétri ses constructions mentales qu'elle insuffle à la force du bronze, avec gravité et beaucoup

d'humour.

Vont s'accumuler dans l'espace des oeuvres dynamiques comme Traces du temps, Relativité du temps, La maîtrise du temps, La roue du temps. Où à chaque fois son Messager entend transmettre que « nous ne sommes pas seulement des spectateurs perdus dans le Temps, entre la vie, la mort, ou condamnés à faire l’autruche, nous sommes aussi des acteurs dans le temps.» Ce personnage, puissant et fragile, c'est son globe trotter, qui féconde les esprits, qu'elle mène librement dans sa Roue du temps, qui va explorer tous les sentiers du monde, en émissaire de sa sage philosophie mise en pratique, et de ses valeurs humanistes.

Dans ses formes, la sculptrice grave des petites narrations, tels des slogans de vie. Ainsi Est-Ouest, Stéréo, Tous les chemins mènent à Rome, De A à Z, Deux ex machina, Sens giratoire, Qui s’y frotte, s’y pique, Temps de Moisson, Brain Storming, Si La Sol, Vagabondage, Trio de délirium, Get Fun... forment un cadavre exquis de formules élémentaires qui tour à tour célèbrent la force de la vie ou la grande faucheuse, la solitude inexorable ou la complémentarité des êtres, l'activisme répétitif ou l'harmonie parfaite, l'emprisonnement ou l'envol vers la liberté. Ce qui

rend son Messager universel avec une identité propre, unique. Figure abstraite, sans être une épure conceptuelle inaccessible, assez terrien, un peu poète et facétieux, il entraine, il regarde le monde du haut de ses roues-trapèzes et s'y engage. De la Routine du quotidien à la Rupture du quotidien. Ce signe, pris dans tous ses sens et ses mouvements, a su se faire étendard international.

 

Les sculptures de Nathalie Decoster marchent au MUBE (Musée de la sculpture du Brésil) de Sao Paulo, se hissent à 7,50 mètres de haut dans les rues de Shanghai en Chine, en plein coeur de Hong Kong aussi, à Macao, sur le lac de Côme en Italie. On retrouve aussi son Messager dans des entreprises, chez l'horloger Jaeger Lecoultre, Guerlain, le chef Alain Ducasse, le groupe LVMH, le groupe chinois SWIRE, l'université EDHEC, le MEDEF, Aéroports de Paris, Arcelor Mittal.

Le bronze domine et reste premier dans ses œuvres, c'est aussi un bon ambassadeur. « Le métal vit, comme la peau d'un humain, il chauffe, atteint la fusion, il se patine, et redevient figé.» Ce savoir-faire ancestral, qui a peu changé aux cours des siècles, la relie à l'origine du monde, et au monde entier. Elle continue à en apprivoiser toutes les techniques à la fonderie d'Art Fusions, en Auvergne, avec son fondeur. Elle est entourée d'autres spécialistes - métalliers, chaudronniers, ingénieurs. Elle aime aussi travailler l'aluminium « plus contemporain, pour les reflets, la lumière, l'inox également, ou la délicate feuille d'or ». Elle a fini par sortir de son cercle originel, jouant avec d'autres figures géométriques, avec des carrés, des cubes, comme Frailty Cube, respiration aérée et minimale.

 

Quand elle veut défendre la possible harmonie entre l'humain et la nature, elle fait appel à d’autres matériaux pour des pièces plus organiques, rieuses et rêveuses -Hommes feuilles, Graines de vie, Arbres de vie- font germer des petits « signes-hommes » qui démontrent qu'ils ont des racines. Etranges et dérangeants Nids d'êtres, un couple d'humains réfugiés sur un lit de branchage, si vulnérable, mais résistant. Eole célèbre le vent, et les tourments qu'il souffle. Et quand elle souhaite distiller de plus intimes sensualités, elle hybride poils, plumes, fourrures au bronze, dans ses pièces Renaissance, 7e Ciel, Intimité, Secret.

 

Nathalie Decoster sait regarder les paysages, grands ou petits. Aux villes historiques, ou ultra-contemporaines, à la campagne plus sauvage, aux jardins, aux cieux, aux plans d'eau, elle offre une œuvre à chaque fois transfigurée, un nouveau « pinceau », une nouvelle «fenêtre», des mini-architectures qui percent à jour la force du lieu, dans des cadrages révélateurs, fugaces, qu'elle offre comme des pauses aux passants, comme des instants à méditer. Ainsi, les hautes tiges monumentales de Stylites ont été conçues pour le chef Alain Ducasse à l'Abbaye de Celle, en Provence. C'est «une élévation», une mise en regard avec des cyprès. Partout son Messager perché, au don d'ubiquité, est un passeur-caméléon, mais conscient de son destin, toujours spécifique. Il y a une petite énigme Nathalie Descoster. Dès qu'elle a mis les mains dans la sculpture, a revendiqué sa liberté, elle évolue en électron libre.

 

D'abord, elle passe son temps à observer les gens, à être à l'écoute de tout ce qui se passe, ce qui nourrit ses inventions. Intuitive et spontanée, elle a tissé des complicités très fortes et fidèles avec les personnes qui s’impliquent dans son travail -collectionneurs, amateurs, musées, institutions, villes, entreprises- Constituant des équipes différentes selon la nature des projets.

C'est au hasard de belles et étonnantes rencontres comme la collectionneuse chinoise Cissy Pao, des commisaires d’expositions en Asie ou encore Arcelor Mittal au Brésil, et bien d'autres que son Messager a rhizomé pour mieux s'élever. Revenir à Paris, c'est le projet de Nathalie Decoster. Elle a déjà implanté neuf ou dans le lobby de l'hôtêl Mandarin Oriental. Au printemps 2020, on reverra ses sculptures sculptures monumentales sur les Champs Elysées en 2009, trois autres à l'aéroport Roissy Charles de Gaulle, transfigurer les espaces urbains. Sous l’impulsion du Comité culturel de la ville de Paris et en partenariat avec le Comité Vendôme, Nathalie Decoster présentera ses œuvres lors d’un parcours dans la capitale, passant par la Place du Louvre, la Place Vendôme et la Canopée des Halles. «Aux Halles, j'imagine une marelle géante en métal, le Messager donnera le tempo aux passants pour y jouer, sauter !» Nathalie Decoster marche encore et encore, dans une maturité toujours juvénile, forte de son temps retrouvé, sans cesse régénéré.

                                                                              (Anne-Marie Fèvre, journaliste)

© 2020 NATHALIE DECOSTER

Mentions Légales